contact


NOUS CONTACTER


Par courriel
cliquez-ici

ADRESSE
SBV
25 Avenue de la Gare
21220 Gevrey-Chambertin
Téléphone : 03.80.51.83.23

espace privé

Préservation de la ressource
L’arrêté cadre du 29 juin 2015, prévoit la préservation de la ressource en eau de la Côte d’Or. Le bassin versant de la Vouge est concerné par 3 sous bassins (6, 6bis et 6ter) :

  • le sous bassin de la Vouge (n°6) comprenant notamment la Vouge, la Bornue, la Raie du Pont, la Noire Potte, la Varaude et ses affluents
  • le sous bassin de la Biètre (n°6 bis) comprenant notamment la Biètre, l’Oucherotte et la Viranne,
  • la Cent Fonts naturelle et partie canalisée et la nappe de Dijon Sud (n°6 ter).

Les communes du bassin sont réparties sur les 3 sous bassins.

  • le sous bassin de la Vouge (n°6) : 39 communes,
  • le sous bassin de la Biètre (n°6 bis) : 10 communes,
  • la nappe de Dijon Sud, la Cent Fonts naturelle et partie canalisée (n°6 ter) : 11 communes.

Le territoire des communes dépassant les limites hydrologiques ; celles-ci peuvent être concernées par un ou deux sous bassins.

Les restrictions et/ou les interdictions d’usage de l’eau pour l’irrigation agricole, le remplissage des étangs, les prélèvements industriels et les usages domestiques (l’arrosage des pelouses, des terrains de sports, des espaces verts, le lavage des voitures, le remplissage des piscines, …), sont définis en fonction de :

  • l’atteinte d’un des trois seuils (alerte, alerte renforcée ou crise) du sous bassin concerné (6, 6bis et 6ter), à partir des données hydrologiques de la Vouge à Aubigny en Plaine, la Biètre à Brazey en Plaine et de la Cent Fonts à Saulon la Rue,
  • la situation du grand bassin Rhône Méditerranée dans laquelle notre territoire est inclus.

Point au 16 novembre 2017
Les raisons des arrêtés de limitation d’usage (ou au contraire leur absence), s’expliquent en très grande partie par la pluviométrie. Pour cela, le suivi mensuel de la station de Dijon-Longvic, permet de mieux appréhender ces décisions.

La situation hydrologique montre des débits des rivières extrêmement médiocres pour la saison. La recharge des nappes a été inexistante durant l'hiver 2016 et n'a toujours pas redébuté depuis. Entre janvier et octobre 2017, les pluies ont été déficitaires de 24% sur la station pluviométrique de référence (-146 mm).

Depuis le 15 novembre 2017, réglementairement il n'y a plus de restrictions d'usages de l'eau (caducité de l'arrêté préfectoral).